Grossiste hôtelier nouvelle génération

 

Présentation d’Infinite, grossiste hôtelier nouvelle génération, avec son directeur général Pierre Guindani pour qui la crise a permis de mettre en exergue une façon de travailler, de simplifier le marché en lui faisant gagner en transparence. Une posture sur laquelle Infinite s’est bâtie.

 

 

Tour Hebdo: Qu’est-ce qu’un grossiste hôtelier nouvelle génération ?
Pierre Guindani
: Infinite existe depuis 2015, nous sommes un grossiste hôtelier, membre du groupe Gekko. Nous avons 11 000 hôtels en contrats directs et environ 150 clients 100 % B2B. Dont la centrale de réservation Teldar Travel et l’outil de réservation Hcorpo (N.D.L.R. qui appartiennent au même groupe). Nous travaillons avec des tours operators, des compagnies aériennes, des centrales de réservations… Et ce, sur tous les marchés.
Notre service de réservation travaille 24h/24 et 7j/7. En moyenne, notre plateforme technique reçoit 200 millions de requêtes journalières.

T.H: Comment la crise a-t-elle fait évoluer les choses ? Vous dites qu’elle a simplifié un marché trop opaque.
P. G. : La crise est très révélatrice. Elle a mis en exergue la façon même dont Infinite s’est développée. Par exemple, en ce qui concerne le paiement, elle a fait évoluer l’image que les hôteliers pouvaient avoir des grossistes hôteliers. Nous, nous avions déjà pris le parti de simplifier les choses : on paie les hôtels en carte de crédit virtuelle, ce qui donne 100 % de garantie. Il y a le côté sécurisant et, pour la trésorerie, la somme est débitable dès le checkout du client. C’est un sujet qui a trouvé un écho important pendant la crise !

Le deuxième aspect est d’amener plus de transparence dans la distribution. On explique qui l’on est dès le pitch commercial. Notre distribution peut s’adapter selon les besoins, car nous assumons deux segments : loisirs et corporate.

La 3e chose est le business to business : on s’assure que les canaux sont 100% B2B.
En 4e point vient le côté ultra connecté, alors même que les hôteliers avaient une image plutôt rigide des contrats. Tout se fait à travers notre extranet, pour permettre à l’hôtelier de se connecter. Nous avons une équipe technique en propre chez nous, elle représente un tiers de nos effectifs.
Il y avait ce besoin de digitaliser, de rendre les choses plus faciles, ça a permis de dépoussiérer les façons de faire, de les rendre plus agiles.

T.H: Quels sont les défis à venir ?
P. G. : 
L’un des aspects très important est la volonté des hôteliers de diversifier leur distribution.
Il y a aussi la simplification : la digitalisation reste un défi, car on est sur des écosystèmes qui évoluent constamment. On doit faire en sorte de s’adapter entre les outils utilisés par les hôtels et ceux des clients.

T.H: Un mot sur l’actualité, que constatez-vous ?
P. G. 
Avec la baisse des restrictions l’activité reprend de façon très importante. On peut citer le Brésil et le Pacifique de manière générale. C’est évidemment le cas pour le marché de proximité, en loisirs, mais aussi en corporate. On pensait que ce dernier segment mettrait plus de temps or on voit que sur nos canaux il dépasse le niveau de 2019 ! Il y a un besoin de se retrouver.
Bien sûr nous surveillons avec attention l’impact de la guerre en Ukraine, mais cela reste à la marge.

 

Source : tourhebdo.com



Leave a Reply

Your email address will not be published.